A la Maison Blanche [The West Wing]

Forum pour discuter de la série 'A la Maison Blanche' (The West Wing)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 10 : La croisée des chemins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Chapitre 10 : La croisée des chemins   Ven 23 Fév à 18:17

On en arrive déjà à dix chapitres et avant d’aller plus loin, je vous rappelle l’endroit où nous avons laissé les différents protagonistes la dernière fois.

Down City
- dans l’abri souterrain : Léo, Mallory, Margaret, Ainslay, Ed, Larry et le reste du staff de la Maison Blanche évacué après la tempête.
- dans la maison de Joey Lucas transformé en Q.G. d’Abbey Bartlet : Sam, C.J., Joey, Kenny, Debbie, Jessica (au centre de soins).

Washington
On ne les a pas vu mais on sait qu’ils y sont : Andy, la famille de Margaret, Stanley Keyworth, Amy Gardner.

Dans un avion en direction de Los Angeles : Abbey, Josh et Toby.

Los Angeles
- à l’hôpital : Jed Bartlet (en salle d’opération), Ron Butterfield (en repos), Charlie.
- Quelque part dans la ville : Bruno, Doug, Connie et Danny (à leur recherche)

Quelque part...
Mandy, Donna et John Hoynes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 10 : La croisée des chemins   Ven 23 Fév à 18:18

Voilà juste le début, la suite viendra demain !

Chapitre X : La croisée des chemins

Sam regarda sa montre. Il était déjà minuit passé, cela faisait trois bons quart d’heure que Toby et Josh étaient parti avec la Première Dame. Il y a peine vingt quatre heures, il était tout enthousiaste à l’idée de retrouver voir sa Californie natale, et le voilà revenu au point de départ. Washington. Un Washington déchiré par une violente tempête, qui avait forcé Joey Lucas à faire évacuer son Q.G. vers les souterrains anti-catastrophes, plus surs. Il suffisait de descendre quelques étages, d’ouvrir une porte et on ne risquait plus rien. Sam et C.J. s’étaient alors retrouvés nez à nez avec Léo McGarry et tout le staff de la Maison Blanche. Eux aussi avaient dù évacués. Après un bon moment d’explication, Léo s’était enfermé dans une pièce pour appeler Abbey, avant que l’ouragan ne vienne couper les lignes téléphoniques. L’occasion pour Sam de retrouver Mallory et Ainslay. Enfin, à dire vrai, Mallory et Ainslay avaient retrouvés Sam. Ce dernier commençait à se sentir opprésé à cause de sa claustrophobie et il avait trouvé une pièce tranquille dans laquel se réfugier en attendant du nouveau. Il fut surpris d’y trouver C.J. et poussa un petit cri de surprise en la voyant. Elle était assise dans un coin de la pièce, ses béquilles à la main. Elle semblait terriblement fatiguée.
C.J. : Alors on ne peut pas être tranquille, même dans un abri anti-nucléaire ?
Sam : Oh, tu veux que je te laisses peut-être ?
C.J. : Non, non, viens, assis-toi.
Sam s’éxécuta et prit place sur le sol, auprès de son amie.
C.J. : Pourquoi cherche tu à te cacher ?
Sam : Et bien, tu sais, je suis claustrophobe et...
C.J. : Quelle est la vraie raison, Sam ?
Sam : Mallory et Ainslay. Elles me poursuivent, je suis leur proie. Je n’ai jamais été autant demandé depuis le collège...
C.J. : Tu ne vas quand même pas te plaindre parce que deux jeunes femmes ravissantes se battent pour toi ? Je suis sûr qu’au fond de toi tu éprouve un certain plaisir de toute cette situation.
Sam ne put s’empêcher de sourire.
Sam : Je savoure, en effet !
C.J. : Profite-en, tu sais quand on tiens à quelque chose, à quelqu’un, c’est si...
Sam : Ephémère ?
C.J. : Ephémère. Je pensais vraiment que je pourrais enfin vivre une relation stable avec le retour de Danny et voilà qu’une bande de politiciens avides de pouvoir viennent me voler tout mes espoirs avec leur coup d’état minable !
Sam voyait bien que son amie était à bout de nerfs, et il lui tendit un mouchoir pour qu’elle puisse sécher ses larmes.
Sam : Je suis sur que Danny est vivant.
C.J. s’appuya sur ses béquilles et se releva sous le regard surpris de Sam.
C.J. : Et moi je suis sure qu’on vire dans le mélodrame, Sam. Ressaisissons-nous, Léo a besoin de deux solides alliés, pas de pleurnicheurs !
Sam : Tu as raison, allons-y. Nous ne sommes plus des gamins, enfin...
Une voix féminine résonna alors dans le couloir, celle d’Ainslay.
Sam : Je ne suis pas là, je ne suis pas là !
Et Sam alla aussitôt cacher derrière une porte.
C.J. : Plus des gamins, hein ?
Ainslay : Ah, C.J., tu tombe bien. Tu n’aurais pas vu Sam ?
C.J. : Non, désolé. Je peux faire quelque chose pour toi ?
Ainslay : Léo voudrait tous nous voir, maintenant.

***

Installé dans un bureau précaire, avec pour seul matériel une table, une chaise, un téléphone et la pile de dossiers soigneusement conservés par Margaret, Léo se sentait un peu perdu. Il venait d’avoir une longue conversation avec Abbey Bartlet, qui s’était achevé lorsque la communication avait été coupé par les conditions météorologiques. Malgré le choc de ses révélations, il n’avais pas une minute à perdre.
Margaret : Ils sont là, je les fais entrer ?
Léo : Non, je pensais qu’on pourrais discuter par téléphatie.
Margaret : Heu...
Léo : Mais enfin, Margaret, faîtes les entrer à la fin !
Ce n’était pas un coup d’état et un ouragan qui allait perturber la secrétaire de Léo. Toujours aussi à part. Mais professionelle quand il le faut.
C.J. : Léo, comment va le Président ?
C.J. venait d’entrer, suivi de Sam, Ainslay Hayes, Ed, Larry, Joey Lucas et Kenny.
Léo : Il va bientôt entrer au bloc opératoire, alors je dirais que ça aurait pu être pire, mais qu’il n’est pas encore tiré d’affaire.
Sam : Dieu soit loué !
Léo : Ne remerciez pas le ciel trop vite, on a encore du chemin à faire. Je viens d’avoir Abbey au téléphone, elle m’a tout expliqué.
Léo était un des derniers au courant de l’affaire California’s Sun. Sam et C.J. avait déjà briefé Ainslay, Ed et Larry à ce sujet, quelques minutes plus tôt.
Sam : Pas trop secoué ?
Léo : Dois-je répondre à une question aussi peu pertinente ?
Sam : Non.
Joey/Kenny : Léo, quelles sont les plans ?
Léo : Pardon ?
Joey/Kenny : Que vous a dit Mme.Bartlet ?
C.J. : Qu’allons nous faire ?
Léo : Je ne crois pas que tu feras grand chose avec une jambe cassée, C.J.
C.J. : Léo !
Léo : Bon, écoutez-moi bien, je ne me répéterais pas. Abbey m’a dicté une liste de choses à accomplir et je veux que nous soyons le plus efficace possible.
Sam : Compte sur nous, nous ne sommes pas le genre à aller rajouter des problèmes sentimentaux en plus de tout le reste ?
Léo : Quoi ?
Ainslay : Quoi ?
Sam : Je me tais.
Sam espérait qu’Ainslay avait saisi le message.
Léo : Je disais donc que nous devons nous montrer à la hauteur de la situation. Les yeux du monde sont rivés sur nous.
Joey/Kenny : Si vous pouviez aller à l’essentiel...
Léo : Mais qui vous permet de... Oui, vous avez raison, Joey, le temps nous ait compté. En ce moment même, Abbey, Josh et Toby survolent le pays. Une fois à Los Angeles, la Première Dame ira soutenir son mari et s’occuper de la presse. Elle a eu Charlie au téléphone...
C.J. : Il va bien ?
Léo : Elle l’a eu au téléphone.
C.J. : Et...
Léo : Il va bien. Il essaye de retrouver Bruno et son équipe, avant qu’ils ne quittent Los Angeles. Abbey lui a conseillé de ne pas y aller seul.
Sam : Et elle a bien fait, il y a déjà eu assez de victimes dans cette histoire.
C.J. : Justement, je voulais savoir...
Léo : Danny est vivant, C.J. Il va bien, il aide Charlie.
C.J. n’avait pas entendu une aussi bonne nouvelle depuis... depuis très longtemps en fait.
Léo : Quand à Josh et Toby, ils vont tenter de retrouver Donna, avec l’aide d’agents des services secrets qui les attendent sur place.
Joey/Kenny : Ma soeur m’a confié qu’elle a une petite idée de l’endroit où se trouve la cachette de Mandy.
Léo : Très bien. De notre côté, ça ne va pas être de tout repos. Le Vice Président n’est pas au courant de nos agissements contre lui, il va falloir la jouer fine. Il va surement m’appeler pour parler du vingt-cinquième amendement...
Sam : Il faut absolument l’empêcher de s’emparer des pouvoirs !
Léo : Merci Sam, je n’y avais pas réfléchi...
C.J. : Comment allons nous faire pour l’en empêcher ? D’autant plus que les journalistes vont surement nous mettre la pression pour qu’on remplace le Président, comme à Rosslyn.
Ainslay : Sans oublier que maintenant, tout le monde est au courant pour sa maladie.
Léo : Personne ne nous mettra la pression ici, nous sommes isolés de tout. Des journalistes, des poseurs de bombes mais aussi de Hoynes. Je ne sais pas où il est mais il va devoir se déplacer pour venir signer les papiers nécessaires.
Ed : Qui se trouvent...
Larry : ...à la Maison Blanche !
Léo : Exact. Et personne ne peut y accéder pour l’instant.

Ainslay : Ce qui veut dire que tant qu’il y aura la tempête, Hoynes ne pourra pas signer les papiers qui lui donneront pleins pouvoirs.
Léo : En effet.
Joey/Kenny : Mais alors qui gouverne le pays pendant ce temps ? La tempête doit au moins au durer une journée !
Léo : Abbey n’avait pas prévu cette déconvenue. Elle m’a demandée d’improviser...
Sam : Qu’est ce que ferait Sydney Bristow dans telle situation...
C.J. : Sam !
Sam : Désolé, Cathie m’a prêté son intégrale d’Alias, alors...
Ainslay : Vous ne pensez pas que Hoynes va essayer d’accéder à la Maison Blanche malgré la tempête ?
Léo : Ce serait du suicide !
Ainslay : Non, peut-être qu’il y est caché depuis le début. Peut-être qu’il avait regardé la météo et qu’il a attendu que tout le monde soit évacué pour récupérer les papiers officiels.
Sam : Ainslay a raison, John Hoynes est peut-être déjà le Président des Etats-Unis à l’heure qu’il est !
C.J. : Et dès que la tempête se calmera, il convoquera la presse et se servira de ses pouvoirs sans plus tarder.
Léo : Oh mon dieu, il n’y a pas une minute à perdre, il faut se rendre à la Maison Blanche avant qu’il ne soit trop tard !
Ed : Et comment ?
Larry : À moins de creuser un tunnel de Down City à Washington...
Joey/Kenny : Ce n’est pas si bête...
Léo : Joey !
Joey/Kenny : Non, je ne plaisante pas. Je connais un moyen d’accéder à la Maison Blanche sans affronter la tempête...

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
 
Chapitre 10 : La croisée des chemins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la croisée des chemins... de fer ! [FZ-150]
» [Important] : La Croisée des Chemins de Vie
» Chemins croisés [PV Rose, Alice, Break]
» A la croisée des chemins
» A la Croisée des Chemins | Haymitch A., Effie T. | Chapitre 11 en ligne {17/03}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la Maison Blanche [The West Wing] :: Créations des fans :: Fanfictions-
Sauter vers: