A la Maison Blanche [The West Wing]

Forum pour discuter de la série 'A la Maison Blanche' (The West Wing)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mad Men

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Mad Men   Dim 15 Juin à 16:55

Episode pilote

Mad Men fait partie d'une liste de séries que j'ai décidé de découvrir cet été. Et contrairement à 30 Rock et Pushing Daisies qui m'ont plutôt déçu, ce pilote m'a vraiment séduit.

La série raconte la vie professionnelle et privée des employées d'une grosse compagnie de publicité dans le New York des années soixantes.
C'est écrit et réalisé par des anciens des Sopranos.

Tout de suite, on est plongé dans l'ambiance de l'époque, avec la musique, la réalisation sobre, qu'on croirait sorti d'un polar de la même période. Les chapeaux, la fumée des cigarettes, les coupes à la Jackie Kennedy... Tout y est, chaque détail compte et participe au réalisme de l'ensemble.

Le plus choquant, c'est la mysoginie ambiante. Les femmes ne sont que des objets, que les hommes manipulent à leur guise. Et si la jeune Peggy en prend vite conscience, et qu'elle est lucide à ce sujet, elle tombera elle aussi dans le piège...
Parrallélement, la liberté sexuelle s'amorce, avec l'amante de Don et l'évocation de la contraception.

Le thème, la publicité, n'est qu'un pretexte pour évoquer l'humain sous toutes ses formes et en particulier sa part d'ombre. Les hommes trompent leur femmes, jouent les hypocrites par ambition, suivent leur plus vils instincts dans le but de réussir.
Et puis pour ce qui est du tabac, c'est impressionant à quel point fumer est répandue à l'époque, où on ne connait pas encore les dangers du tabagisme. Et peut importe la santé tant qu'on peut vendre le produit.

Les personnages sont complexes et intéressant. J'ai vraiment envie de savoir ce qu'ils vont devenir par la suite et de m'intéresser à eux, c'est plutôt bon signe quand je regarde un pilote et que j'ai cette impression là.

D'abord Don Draper, qui semble le personnage central. Même s'il fait bonne figure devant sa famille et ses collègues, on voit qu'il est plein de contradictions et de failles. Il a une amante, a du mal à ne pas penser à ses souvenirs de guerre (qui n'est pas si loin finalement). Et s'il s'en sort in extremis lors d'une réunion, on sent qu'il est au bord du gouffre et qu'il risque de perdre l'équilibre avant la fin de la première saison. John Hamm est excellent et crée un personnage à la fois glaciale et humain.

Vincent Kartheiser parvient de son côté, avec son personnage d'arriviste sans scrupules, à faire oublier la plaie qu'était Connor dans Angel (à mon goût). Alors qu'il se marie le lendemain, Pete n'hésite pas à coucher avec Peggy. Son hypocrisie et son arrogance en font le genre de personnage que l'on adore détester.

Peggy, malgré son nom ingrat, est une jeune fille moderne et qui semble plutôt lucide par rapport à sa condition. Une jeune femme dans un monde d'hommes. Espérons qu'elle gardera cette lucidité pour ne pas rentrer dans un système qui risque de la dévorer. Même si elle met elle-même un pied dans la tombe en flirtant avec son patron et en ouvrant sa porte à Pete.

J'ai bien aimé aussi Salvatore, l'italien, ainsi que Joan, l'autre secretaire, avec son franc-parler.
Le casting est très réussi, ça fait plaisir de revoir Elizabeth Moss, (la fille de Bartlet dans The West Wing) mais aussi John Cullum en guest star (le père de Mark Greene dans Urgences).

Bref, une très bonne surprise, pour une série de AMC, une petite chaîne qui monte (Breaking Bad a l'air pas mal aussi). Je vais continuer à voir où tout cet univers nous mène et j'espère que la route sera pleine de surprises et de frissons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Mer 18 Juin à 16:28

Episode 1x02 Ladies Room

Après un pilote qui avait installé le décor et le contexte, ce deuxième épisode prend un peu plus son temps pour continuer de nous présenter les différents personnages.

On découvre un peu mieux Betty, la femme de Don, qui n'est pas satisfaite de son statut de femme au foyer et qui après bien des hésistations, prend un rendez-vous avec un psy. Et la paralysie qui frappe ses mains ne vient pas la rassurer. Don semble inquiet mais cela ne l'empêche pas de continuer de tromper sa femme avec une artiste visiblement proche de la sphère beatnick, qui se la joue indépendante et qui accueille Don à chaque fois que celui-ci ne sent pas à l'aise au travail ou avec sa famille (une occasion d'ailleurs d'évoquer Jack Kerouac, mon écrivain favori).

Mais que cache Don ? On découvre au compte goutte la psychologie de ce personnage, très réservé, très calme et peu bavard. Il refuse de parler de son passé, se confie peu et semble cacher un lourd secret concernant son passé. Et bien qu'il se montre aimant et attentioné avec sa femme, il n'hésite pas à la tromper ou à espionner ses rendez-vous chez le psy...

La psychiatrie, une nouvelle mode selon Sterling (joué par l'excellent John Slattery). Qui a le mérite de prendre soin des femmes quand leurs maris ont autre chose de plus important à faire que de les écouter se plaindre...

Don Draper: Let me ask you something, what do woman want?
Roger Sterling: Who cares?
C'est la question de cette épisode : que veulent les femmes ?
Pour vendre ses produits et pour mieux comprendre les problèmes de Betty, Don aimerait bien trouver une réponse...

Et de son côté, Peggy est la victime des hommes du bureau, car elle est nouvelle, et parce que personne ne peut vous inviter à déjeuner sans avoir envie de vous emmener dans son lit par la suite. C'est dommage, je pensais que Paul était un personnage un peu différents de ses collègues, qui agissent commes des gamins de 12 ans en colonie de vacances... Et bien non, lui aussi a des idées derrière la tête malgré sa sympathie, et Peggy devra refuser ses avances...
D'autant qu'elle semble encore perturbée par la visite nocturne de Pete durant le pilote. Pete n'est pas là, encore en lune de miel, mais c'est commme s'il hantait Peggy...
La pauvre se fait en plus réprimander par Joan, qui semble jalouse de ne plus être la nouvelle fille en vue à l'agence...

On découvre également Burt Cooper, l'associé de Sterling, un homme un peu plus âgé qui propose à Don de participer à la campagne de Nixon. Je trouve ça bien d'ancrer la série dans une intrigue politique relié à l'époque, j'espère que ce sera développer. Car les années Kennedy arrivent et j'espère qu'on pourra voir ça dans la série (qui commence fin 1960 si j'ai bien compris).

Cet épisode est donc plus centré sur le développement des personnages que sur l'agence de pub et, malgré une baisse de rythme, il est bien écrit et continue à me faire penser qu'avec Mad Men, j'ai trouvé une série de grande qualité ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Sam 21 Juin à 1:30

Episode 1x03 Marriage of Figaro

Bien que je trouve que la série souffre parfois d'un manque de rythme, cet épisode est encore une fois une réussite, toute en finesse, qui se savoure avec délicatesse.

On se concentre sur le personnage central, Don Draper, que l'on croit commencer à connaître alors qu'il apparaît de plus en plus comme un parfait inconnu. Un homme solitaire qui aime la solitude, un homme avec un passé trouble, un homme plein de contradictions.
Au travail, il continue sa relation trouble avec la richissime Rachel Menken, qui lui donne une nouvelle fois des envies de tromper sa femme. Il n'a pas assez d'une amante ? Mais au dernier moment, alors qu'il avait attrapé sa proie, il préfère la laisser s'échapper, comme s'il culpabilisait. Alors qu'on croit prévoir les gestes de Don, il nous surprend sans cesse...
C'est l'anniversaire de sa fille et il doit jouer les hommes normaux, monter le cadeau, aller chercher le gâteau, sourire aux invités. Mais il passe la journée à s'enfiler des bières en secret, et il finit par prendre sa voiture pour une excursion solitaire. C'est devant un passage à niveau qu'il termine sa course, et ses yeux se perdent dans les lumières d'un train nocturne. Puis il rentre chez lui, offre un chien à sa fille, et s'écroule dans le salon, l'air un peu ahuri...
Une scène superbe, belle et troublante. John Hamm est décidément plein de talents et construit un personnage complexe et humain, un grand personnage de fiction comme je les aime.

On retrouve également Pete, de retour de sa lune de miel, et qui semble un autre homme. En apparences, à mon avis. Car s'il prétend se satisfaire désormais de son statut de jeune marié entretenu, je sens bien que son histoire avec Peggy a laissé des traces et qu'elle n'est pas encore terminée.

Mais en général, les autres personnages sont en retrait dans cet épisode, dont la première partie se passe chez Sterling&Cooper, et dont la deuxième se concentre uniquement sur le personnage de Don. Un choix discutable, qui donne lieu à quelques scènes superflus, mais qui participe à installer minutieusement chaque pièce de la série, chaque élément de la psychologie des personnages, afin de rendre le tout crédible, et attachant.

L'ésthétisme de la série ajoute en plus beaucoup de charme à tout ça, une attention est prêtée à chaque détail, comme dans un bal parfaitement orchestrée. Un bal lent, lancinant, qui peut nous faire vaciller à n'importe quel moment.

Les trois premiers épisodes sont tous différents, et je ne peux attendre la suite qu'avec impatience !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Dim 22 Juin à 1:01

Episode 1x04 New Amsterdam

Si l'épisode précédent apportait une nouvelle pierre à l'édifice Don Draper, celui-ci se focalise sur Pete Campbell.
Comptable à l'ambition non feinte, Pete est l'opposé de Don. Il a du mal à retenir ses émotions, cherche toujours à faire ce qu'il l'arrange quitte à être maladroit et à mettre les pieds dans le plat, et se lasse déjà d'un mariage qui a peine commencé...
S'il agit comme un arriviste, Pete n'est pas non plus un parfait idiot et réussit toujours à s'en tirer sans perdres ses plumes. Pourtant, il ne passe pas loin du renvoi, lorsque sa rivalité avec Don atteint son paroxysme. Une scène convaincante, pleines de tensions, où Don montre pour la première fois des signes d'un réel impatience, d'une profonde colère. Il ne supporte pas que l'on marche sur son territoire le Don, il sait que son poste est aussi fragile que tout les autres, et il ne fait pas de cadeau à l'ennemi, même si celui-ci est un ennemi interne.
Finalement, Pete réussira à garder son poste, grâce à l'intervention du grand patron, Cooper, qui rappelle à Don que la famille de Pete a beaucoup d'influence et pourrait leur faire perdre de nombreux clients.

La famille de Pete, on l'aperçoit à travers une image de père autoritaire et fermé, qui refusera de prêter de l'argent à son fils pour l'acquisition d'un nouvel appartement. Et comme Pete a sa fierté, il sera trop fier pour apprécier l'offre de ses beaux-parents. Mais comme il semble désireux de ne pas contrarier sa jeune épouse, il ravalera sa dignité. Dans la scène finale, on sent déjà que malgré ses bonnes résolutions, Pete ne va pas longtemps se contenter de son statut de jeune marié...

Au vu de cet épisode, Pete est donc lui aussi, un personnage complexe, plein de contradictions. Il veut agir comme il lui plait mais également satisfaire ses supérieurs, ou bien sa femme. Il a besoin de faire ses preuves, il veut ne pas passer inapercu, comme si c'était pour montrer à un père distant que lui aussi, peut entreprendre quelque chose d'important. Mais bien sûr, tout ne se passe comme prévu et comme Pete est fragile, ça risque de mal finir... Vincent Kartheiser est bluffant dans son rôle de jeune cadre aussi sûr de lui que pathétique et porte cet épisode sur ses épaules.

Don Draper est relégué au second plan, on ne revoit pas Rachel Meken dans cet épisode. Par contre, l'une des intrigues se concentrent à nouveau sur Betty, sa femme, qui accepte de garder le fils d'Helen, la femme moderne du quartier, parti prêter main forte au QG du candidat Kennedy. Je ne sais pas trop où les scénaristes ont voulu en venir avec cette intrigue. Elle permet certes, de continuer à installer le contexte de l'époque (la femme qui se libère, Kennedy...) mais le tout est un peu long. Ce gamin est véritablement troublant en tout cas. Cela dit, le personnage d'Helen est intéressant et va peut-être influencer Betty, la parfaite femme au foyer.

Cet épisode nous permet également de voir le duo Sterling-Cooper en action. Ce dernier est un adepte de la culture asiatique, obligeant le moindre visiteur à enlever ses chaussures avant d'entrer dans son bureau. Un personnage secondaire comme je les aime, original et nécessaire dans la continuité des intrigues. Les personnages secondaires sont vraiment soignés dans cette série.

L'épisode étant vraiment focalisé sur Pete, on n'aperçoit quasiment pas Peggy ou bien Joan. Mais je suis sûr que la nuit Pete/Peggy a laissé des traces et qu'on aura une suite à cette histoire. Et comme Christina Hendricks est au générique, son personnage devrait également être mieux exploité. D'ailleurs, est-ce que chaque épisode va se focaliser sur un personnage, comme ce fut le cas avec Don et Pete ? A suivre...

Pas l'épisode le plus entraînant, mais qui a le mérite de nous présenter en douceur le personnage de Pete, et de rajouter quelques coups de pinceaux à la peinture de cet univers si particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Lun 23 Juin à 19:53

Episode 1x05 Five G

Un épisode qui m'a encore bluffé, même si je le considére comme le moins réussi jusqu'à présent.

Le mystère autour de Don s'épaissit. Son frère a retrouvé sa trace et est étonné de voir que Don a changé d'identité et ne veut plus avoir affaire avec son passé. Comme le dit Don, le seul endroit où il veut regarder, c'est droit devant. Mais ses vieux démons le rattrape et il doit s'en débarasser. Au début, j'ai cru qu'il allait tuer son frère, et j'aurais trouvé ça un peu too much, un peu décalé par rapport au personnage. Mais non, il lui offre juste pas mal d'argent et le force à quitter la ville et à ne plus jamais le recontacter.
Alors voilà, Don continue de bien faire son travail et de bien faire son mari aimant en acceptant de partir en vacances prochainement avec sa femme, mais il refuse d'évoquer un passé inquiétant, que les scénaristes vont surement nous égrener au fil des épisodes. A mon avis, ça doit avoir rapport avec la guerre puisque c'est un sujet qui semble troubler Don. À suivre...

Le reste de l'épisode tourne autour de Pete, qui jaloux de voir son collègue Kenneth publier une nouvelle dans un grand journal, veut essayer de faire la même chose, pour ne pas perdre sa longueur d'avance. Encore une fois le reflet de son ambition. Il demande à sa femme de recontacter un ancien amant, qui travaille dans l'édition. Mais celle-ci ne réussit qu'à faire publier la nouvelle de Pete dans un petit journal minable, provoquant la colère de ce dernier. Egoîste et autocentré.

Quand à Peggy, elle découvre que Don trompe sa femme, et lorsqu'elle rencontre celle-ci pour la première fois, elle panique. Heureusement, Joan est là pour lui remettre les pieds sur terre. Mais je sens bien que Betty va bientôt finir par apprendre ce petit secret...
Pour l'instant, elle apprécie Peggy et continue de croire en l'honneteté de son mari, même si des doutes commencent à apparaître...

L'intrigue concernant Helen Bishop est mis de côté et on ne revoit pas Rachel Menken non plus.

Contrairement à ce que je pensais, la publicité n'est pas le thème central de la série, puisque finalement, ce n'est évoqué qu'à travers peu de scènes. Mais ces scènes sont vraiment très réussis et continuent de nous montrer les moeurs de l'époque, de manière très subtile.

La série continue d'avancer pas à pas, avec de légères maladresse parfois, mais toujours avec finesse, toujours avec beaucoup de classe. On ne peut attendre la suite qu'avec impatience... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Ven 27 Juin à 13:29

Episode 1x06 Babylon

Un épisode où il est question de la Terre Promise et du rouge à lèvres.

Lorsque Don fait une mauvaise chute dans ses escaliers, en voulant apporter le petit-déjeuner à sa chère femme, de vieux souvenirs lui reviennent en mémoire. Une enfance bourgeoise, un père autoritaire, la naissance de son petit frère… J’ai d’abord pensé que l’épisode allait être parcouru de flashbacks. L’exercice peut-être réussi à merveille (l’épisode « Two Cathedrals » dans The West Wing), ou peut vite tourner à l’ennui total (la plupart des flash-back de Lost). Finalement, on aperçoit l’enfance de Dick Whitman (alias Don Draper) seulement au début, mais mon petit doigt me dit que ce passé risque de revenir hanter Don de manière de plus en plus forte au fil des épisodes. Comme un fil rouge qui nous donne envie de voir la suite.

De manière un peu plus présente que dans les épisodes précédents, la publicité permet ici d’être un miroir des interrogations de Don, et des autres personnages. Don et ses hommes travaillent cette fois-ci pour une agence de voyage israëlienne, qui veut promouvoir la Terre Promise. C’est l’occasion de revoir la « juive favorite » de Don, mademoiselle Rachel Menken. Don vient lui demander conseil, mais également jouer avec ses sentiments de femme célibataire qui se la joue indépendante mais qui est plus fragile qu’elle en a l’air.Seulement, Rachel a beaucoup de recul envers sa religion et ne désire pas habiter à Israël, elle envisage seulement y faire un séjour un jour ou l’autre. Les juifs a toujours été un peuple en exil, entre Babylon, Shangaï et Brooklyn, et ils ont toujours survécu même s’il devait faire du business avec des personnes qui les haïssait. Et Rachel résume assez bien sa relation ambigue avec Don en définissant l’expression « Utopia » qui peut être compris à la fois par « un endroit magnifique » mais aussi par « un endroit qui ne peut pas exister ».

Finalement, Don trouve son inspiration dans « Exodus », un best-seller de l’époque, qui allait faire un film avec Paul Newman. En plus de dévoiler avec finesse certains préjugés liés à l’antisémitisme de l’époque (Pete associant les kibboutzs israëliens à une forme de communisme…), le thème de l’épisode permet également de nous éclairer sur les débuts difficiles d’Israël, moins de quinze ans après sa création.

On suit également dans cet épisode une deuxième intrigue publicitaire, lorsque l’agence doit promouvoir une nouvelle marque de rouge à lèvres. Un nouveau personnage, Frederick, qui a un peu plus d’expérience que Kenneth par exemple, propose un brainstorming. Des secretaires de l’agence sont réunis dans une pièce, et on leur propose de tester une gamme de rouge à lèvres. Elles sont observés comme des animaux en cage par les hommes de l’agence, dissumulés derrière un faux miroir qui est en fait une vitre comme on en trouve dans les salles d’interrogatoires. Si la plupart des femmes se comportent comme de simples consommatrices, cette chère Peggy va bousculer un peu les habitudes mysogynes des Mad Men. Cela va entraîner Frederick à lui proposer de collaborer avec lui pour la promotion des rouges à lèvres. On en sait pas plus pour l’instant, mais si Peggy paraît aussi surprise que souriante, Joan préfère encore une fois la mettre en garde. A suivre…

Parrallélement, deux personnages prennent de l’ampleur dans cet épisode : Sterling et Joan. Leur relation d’adultère nous permet d’apercevoir un Sterling plus fragile, plus romantique qu’il n’en a l’air. Même si leur relation semble plutôt libre, Roger aimerait bien que Joan lui appartienne, tandis que Joan ne supporte plus les chambres d’hôtels, entre deux réunions. Et ce n’est pas un oiseau qui les éclairer à ce sujet. La dernière scène, où chacun part de son côté en sortant de l’hôtel, est superbe, et nous montre un couple aussi passioné que fragile. Un couple que j’aime beaucoup et auquel je n’aurais pas immédiatement pensé, et qui permet d’approfondir deux personnages avec beaucoup de charisme. Je suivrais leur relation avec beaucoup d’interêt en tout cas. Et je vais peut-être me répéter mais Christina Hendricks est magnifique.

Betty est troublante dans cet épisode. Elle a beau avouer à Don que la thérapie fonctionne, on sent qu’elle commence à douter de son mari, et elle lui rappelle à plusieurs reprises qu’elle le désire énormément… pour elle toute seule. On voit d’ailleurs Don rejoindre Midge, son amante, mais est déçu lorsqu’il doit accompagner celle-ci à une suite de performances au Gaslight un club folk de New York (où sera découvert celui a qui je dois mon pseudo et toute mon influence musical, j’ai nommé Bob Dylan). Mais Don ne se sent pas à son aise face à cet art un peu trop conceptuel, où une jeune femme se dénude après avoir déclamé qu’elle a rêvé d’avoir couché avec Fidel Castro !

Et l’épisode se termine donc sur un beau montage nous montrant la soirée de différents personnages, du couple Roger/Joan à un Don visiblement pensif en écoutant un jeune chanteur folk déclamer une chanson traitant de Zion et des eaux de Babylon. Et encore une fois, je suis conquis par l’univers des Mad Men.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Sam 28 Juin à 12:57

Episode 1x07 Red in the Face

Je vais faire vite pour chroniquer cet épisode, premièrement parce que je n'ai pas beaucoup de temps, et ensuite parce qu'il m'apparaît comme l'épisode le plus étrange jusqu'à présent et que je me vois mal me lancer dans de futiles interprétations.

L'épisode est centré sur Roger Sterling, probablement le personnage que je préfère, l'un des plus charismatiques en tout cas. Incarné par un John Slattery inspiré, il méritait vraiment qu'on s'y attarde. Lorsque Joan lui apprend qu'elle ne peut pas passer le week-end avec lui, Roger se rabat sur Don, et l'invite à prendre quelques verres. La soirée se termine chez Don, où Betty se montre étrangement charmeuse avec le supérieur de son mari. Et c'est un Roger complétement ivre qui va tenter d'embrasser Betty. Celle-ci repousse ses avances, mais comme le soupçonne Don, elle l'a bien cherchée. L'ambiance est donc plus que tendue chez les Draper...

Le lendemain de cet étrange soirée, l'agence doit rencontrer les responsables de la campagne de Nixon. Mais Don et Roger trainent un peu au restaurant, abusant d'huitres et d'alcool. En arrivant à l'immeuble, le groom leur apprend que l'ascenseur est en panne. Les deux compères devront escalader les marches pour arriver à temps à la réunion, ce que l'estomac de Roger ne supportera pas. Il finira par vomir aux pieds des politiciens. Et tout ce petit jeu a été orchestrée par Don lui-même, qui est allé jusqu'à payer le groom pour piéger Roger et se venger de son audace envers sa femme. Don, faut pas l'emmerder. Derrière son air confiant se cache quelqu'un qui semble capable du pire.

Le mystére autour de Don semble donc à nouveau s'épaissir, tant sa personnalité semble complexe. Je l'ai trouvé très violent avec sa femme, lorsqu'il manque de la surprendre avec Roger. Et il refuse à nouveau d'évoquer ses souvenirs de guerre. Il n'aime pas trop en parler, comme le dit Betty. A suivre...

Parlons-en de Betty. La femme au foyer commence sérieusement à m'inquiéter. Même si son psy prend son temps avant de tirer des conclusions, son mal-être commence à se faire sentir, et elle ira jusqu'à gifler Helen Bishop au beau milieu d'un supermarché (un beau supermarché très sixties). Et elle se met à boire seule, au beau milieu de l'après-midi. Serait-ce le début d'une descente aux enfers pour la femme de Don, si "parfaite" comme la décrit sa meilleure amie ?

Parrallélement, on suit une intrigue concernant Pete, qui accepte d'aider Peggy, choisie pour aider la marque de rouge à lèvres (voir épisode précédent). Lorsque ses collègues se moquent de son cadeau de mariage, il l'échanger contre une arme à feu. Ce qui va entraîner la colère de sa jeune épouse. On découvre une sensibilité chez Pete, une sensibilité mêlé à une sorte de folie, dans cette scène troublante où il décrit son rêve à Peggy. Il rêve de chasser et de ramener son gibier à sa femme, dans une cabane, dans le grand Nord. Pete est également un personnage mystérieux, qui derrière ses airs arrogants et parfois détestables, cache rêves et frustrations. Et la relation Pete/Peggy va-t-elle s'appronfondir ? J'en suis convaincu.

La complexité des personnages, voilà ce qui fait la force de Mad Men, et c'est très bien résumé par cette phrase de Roger : "At some point, we've all parked in the wrong garage". La série aurait très bien se nommer "Mensonges et conséquences".

Pour conclure, un épisode troublant, avec des personnages à fleurs de peau. Des intrigues sont mis de côté (Don/Rachel, Roger/Joan) mais d'autres apparaîssent et la série continue de nous surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Breakisover

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 27
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Mad Men   Dim 26 Oct à 4:20

La saison 2 se termine dimanche prochain sur AMC. Et il s'agit de la meilleure série que j'ai vue après Six Feet Under et The West Wing. Je vous la conseille très fortement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dylanesque.cowblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mad Men   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mad Men
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la Maison Blanche [The West Wing] :: Discussion Générale :: Autres séries-
Sauter vers: